Une belle journée de février, une belle journée ensoleillée. Nous avions skié tout le jour, dévallant les pentes en riant, dans l'ivresse de la vitesse. La montagne ployait sous la neige, dans le silence immaculé le soir tombait.

Soudain un cri déchirant l'air, c'est là que tout a basculé. Ma course folle dans la neige, la pente est forte, mes pieds s'enfoncent et mon coeur cogne. Tu gis au pied d'un arbre, la neige est rouge.

Tout se brouille dans ma tete. L'hélicoptère qui t'emporte, ma fille si petite, comme la vie est fragile ! La sirène de l'ambulance déchire la nuit, les feus, le boulevard qui défile, nous fonçons vers l'hopital et tous s'écartent.

La salle de déchocage et tu es là, mon père et ma fille réunis dans un combat pour la vie. Un café offert dans le hall comme une main qui se tend. Le tourbillon des blouses blanches , rester debout dans ce brouillard. On me parle on m'interroge, maman sanglote au bout du fil , tout me semble irréel, je suis si seule. Enfin les voilà ils arrivent et réunis comme une seule ame entre la peur et l'espoir, la longue nuit commence .

Au matin l'horrible, l'impensable annonce que tu n'es plus nous éteint. Nous sommes là dans cette pièce anéantis, et revoilà les blouses blanches, elles parlent de mort cérébrale et de la vie, celle qui coule encore dans ton corps dont l'ame a fuit. Elles parlent de don, mais on nous à tout pris !!! Il faut faire vite et elles nous pressent, alors un cri s'échappe de mes lèvres, OUI, contre l'absurdité du destin, oui à la vie, comme un dernier pied de nez à la mort.

 

Questions réponses sur le don d'organe (cliquez sur le lien)


C'était mon père, il avait 62 ans, il débordait de vie et de projets pour sa retraite. Il aimait la montagne, le ski (qu'il pratiquait depuis l'age de 18 ans) et les avions anciens. Il était généreux, tolérant passionné et profondément humaniste. Il est mort en février 1995 sur une piste de ski, par une belle après-midi que nous avions passée à skier tous ensembles ses petits enfants lui et moi. Il a quitté la piste pour une raison inconnue et est rentré de plein fouet dans un arbre avec sa petite fille (8ans et demi à l'époque) en chasse neige entre ses skis. En retombant sa tête a heurté un rocher. Il est tombé rapidement dans un coma dépassé, les médecins parlent de "mort cérébrale", elle seule permet le don d'organe. Aujourd'hui quelque part des gens vivent grace à lui et je leur dit merci. Sa petite fille (ma fille Annaik) à séjourné quelque temps à l'hopital, aujourd'hui elle va parfaitement bien.

France-Adot

Association pour le don d'organe et de tissu humain